Introduction
Le premier orgue
Le projet
La commande
La construction
1881 : l’inauguration
De 1881 à 2004
Sources

Introduction
Le buffet
Les sommiers
Les transmissions
La console
La tuyauterie
La soufflerie
Présentation générale

Dalstein & Hærpfer
Un patrimoine impressionnant

Composition

L’été de l’Orgue 2014

Liens utiles
Contacts
Rechercher

Les sommiers

Tous les sommiers sont de Dalstein-Hærpfer, à pistons (“Kegelladen”), construits à la manière de Walcker, en chêne, avec des bois très bien choisis. D’une manière générale, ces sommiers ne sont pas en trop mauvais état, même si l’on peut voir des fentes par dessous, assurément dues à un chauffage excessif.

- 2 sommiers pour la Montre 16 et la Montre 8 du grand-orgue, placés immédiatement derrière la façade, au premier étage de la tuyauterie. Le sommier du côté C a 2832 mm de large sur 288 mm de profondeur, celui du côté Cs a 2585 mm de largeur et la même profondeur.
Division diatonique :
Côté C : C D E Fs Gs B c d e’ fs’ gs’ b’ c’’ d’’ e’’ fs’’ gs’’ b’’ c’’’ d’’’ e’’’ fs’’’ e fs gs b [canal des jeux] c’ d’
Côté Cs : ds’ cs’ h a g f g’’’ f’’’ ds’’’ cs’’’ h’’ a’’ g’’ f’’ ds’’ cs’’ h’ a’ g’ f’ ds cs H A G F Ds Cs
Deux porte-vents en bois relient les “gravures de jeux” entre les deux
sommiers, au centre.

Ordre des chapes :
1) Montre 16
2) Montre 8

- 1 sommier pour les jeux de combinaisons du grand-orgue, placé au même niveau mais en retrait, dans la moitié de droite. Division chromatique avec basses à droite. Largeur de 3520, profondeur de 685 mm. Ce sommier est en fait constitué de deux parties accolées, l’une pour les basses, de 1790 mm de largeur, et l’autre pour les dessus, de 1730 mm de largeur.

Ordre des chapes :
1) Doublette 2
2) Quinte 2 2/3
3) Cornet 5 rgs
4) Plein-Jeu 5 rgs
5) Basson 16
6) Trompette 8
7) Clairon 4

- 1 sommier pour les autres jeux de fonds du grand-orgue, placé au-dessus du précédent, au deuxième étage à droite, chromatique avec basses à droite. Largeur de 3520 mm, profondeur de 665 mm. Même division que le sommier des jeux de combinaisons. Comme ce dernier, il est assemblé en deux parties accolées, de 1785 mm (basses) et 1730 mm (dessus).

Ordre des chapes :
1) Bourdon 16
2) Flûte 8
3) Viole de Gambe 8
4) Bourdon 8
5) Flûte octaviante 4
6) Prestant 4

-  1 sommier pour le positif expressif, placé au premier étage à gauche, derrière le sommier des Montres. Largeur de 3528 mm (en deux parties accolées, 1798 mm pour les basses et 1730 mm pour les dessus) et profondeur de 950 mm.
Division chromatique avec basses à gauche.

Ordre des chapes :
1) Flûte douce 4
2) Principal 8
3) Dulciana 4
4) Cor des Alpes 8
5) Salicional 8
6) Eolienne 8
7) Flûte amabile 8
8) Trompette 8
9) Clarinette 8
10) Doublette 2

- 1 sommier pour les jeux de fonds du récit expressif, placé au troisième étage au centre, dans l’axe de l’instrument, un peu en retrait par rapport à la façade.
Division diatonique avec basses aux extrémités et canal des jeux au centre.
Chaque moitié a 1710 mm de largeur et 745 mm de profondeur.

Ordre des chapes :
1) Voix humaine 8
2) Basson-Hautbois 8
3) Flûte octaviante 4
4) Voix céleste 8
5) Diapason 8
6) Quintaton 16
7) Flûte harmonique 8
8) Bourdon 8

- 1 sommier pour les jeux de combinaisons du récit expressif, placé immédiatement derrière le précédent, avec la même division, la même largeur et une profondeur et 365 mm.

Ordre des chapes :
1) Octavin 2
2) Basson 8 -16
3) Trompette harmonique 8
4) Clairon 4

- 1 sommier pour les grands jeux de fonds de la pédale, placé au premier étage, à l’arrière à droite. Il est lui aussi divisé en deux parties accolées, avec une largeur totale de 3537 mm (1947 + 1590 mm) et une profondeur de 400 mm.
Division diatonique, avec, de gauche à droite : g gs fs a f b e h ds c’ d cs’ d’ ds’ cs (posté entre f’ et cs) e’ f’ c H B A Gs G Fs F E Ds D Cs C.

Ordre des chapes :
1) Quinte 10 2/3
2) Contrebasse 16

- 1 sommier pour les autres jeux de fonds de la pédale, placé au deuxième étage, à l’arrière à droite. Il est également subdivisé en deux parties accolées, avec une largeur totale de 3540 mm (1785 + 1755 mm) et une profondeur de 540 mm.
Division diatonique avec c’-f’ alternés avec fs-h, en sens inverse.

Ordre des chapes :
1) Flûte douce 4
2) Violoncelle 8
3) Flûte 8
4) Soubasse 16

- 1 sommier pour les jeux d’anches de la pédale, placé au premier étage, à l’arrière à gauche, derrière le positif. Sa largeur totale est de 3530 mm, subdivisée en deux parties de 1723 mm (basses) et 1807 mm (aigus), sa profondeur est de 355 mm.
Division diatonique en mitre pour C-Fs puis chromatique, de gauche à droite, avec retour de droite à
gauche pour c’-f’.
F D# C# C D E F# G G# A A# B c c# f’ e’ d d#’ d’ d# c#’ c’ e b a# f a f# g# g

Ordre des chapes :
1) Clairon 4
2) Trompette 8
3) Bombarde 16

La question de la restauration des sommiers en atelier ou sur site ne se posait pas de la même manière pour des sommiers à pistons que pour des sommiers à gravures. Autant pour des sommiers à gravures il est le plus souvent souhaitable de restaurer les sommiers en atelier, autant on peut être d’un avis contraire pour les sommiers à pistons.

Lors des restaurations d’orgues de Dalstein-Hærpfer entreprises jusqu’ici, notamment des orgues classés M.H. de Gomelange (1870) et Hayange (1894), les sommiers ont toujours été laissés en place. Dans un sommier à pistons, quasiment toutes les interventions se font par le dessus, une fois les chapes déposées, et il n’est pas utile de les retourner.

Ceci étant, les sommiers de Dalstein-Hærpfer ne reposent pas sur la charpente mais sur le cadre de l’abrégé horizontal et il est beaucoup plus facile de restaurer cet abrégé en déposant le sommier, surtout dans les dessus où la division est serrée. En outre, le démontage des sommiers de pédale facilitait grandement l’accès au mur arrière pour la reprise des enduits. Nous avons donc décidé de déposer intégralement tous les sommiers.

Les chapes sont bien saines, en sapin plaqué de chêne ou en chêne. Les vis s’ouvrent facilement, malgré la présence de chêne. Les cuirs assurant l’étanchéité ont été remplacés ou doublés suivant les états. Les fonds des cases, en chêne, étaient fendus par endroit, mais ces fentes ont toutes été colmatées, soit par bouchons, soit par flipots. Les pistons sont en général en bon état et leur peau reste souple. Les guides sont en bon état. Les repeaussages de pistons ont été ponctuels en atelier et complétés sur place pendant les travaux d’harmonie suivant les défauts constatés.

Les pistons ont été brossés pour les nettoyer et redresser le poil de la peau, mais sans trop insister. Ils ont tous été soigneusement identifiés, en notant aussi leur orientation, pour qu’ils retrouvent bien leur siège au remontage.

Les chapes en sapin de la pédale ont été traitées préventivement contre les insectes xylophages. Les axes des pistons ont été désoxydés et remplacés si nécessaire. Les butées inférieures ont conservé leurs rondelles de peau et de feutre, en plaçant une « neuve » au contact du sommier. Les soupapes de jeux ont été vérifiées et ponctuellement remises en peau. Les sièges ont été regarnis de parchemin si nécessaire, en conservant les écritures des jeux.



Copyright Renaissance des orgues